• Avenir du collège

    Le collège Saint André devra fermer à la prochaine rentrée scolaire. C'est ce qui a été annoncé aux parents, enseignants et personnel OGEC. 46 élèves, ce n'est pas assez nous a-t-on dit. Ce n'est pas un problème de qualité mais de quantité, comprend-on. Un enfant, un élève est-il donc un produit comme un autre que l'on estime... avec des chiffres ?

    Quelle solidarité vivons-nous au sein même de l'Enseignement Catholique puisque ce sont les petits établissements qui donnent leurs heures aux gros établissements ? Leurs listes d'attentes d'inscription sont sans fin. Combien faudra-t-il de fermetures de collèges ruraux pour les satisfaire ?

    Quel choix est laissé aux familles lorsqu'il n'y a plus qu'un seul collège ou une seule école dans une commune ?

    Un établissement à petit effectif est une chance reconnu autant par les enfants, leurs parents que les enseignants. Il laisse plus d'opportunité de mise en place de projets.

    En classe les professeurs sont disponibles et peuvent assurer leurs missions d'enseignement et d'éducation avec humanité et proximité.

    En fermant des collèges, en réduisant le réseau de l'implantation de l'Enseignement Catholique, l'Eglise ne perd-elle pas aussi son implantation , une partie de ses repères,  de ses missionnaires, de son dynamisme ?

    "Eduquer à l'amour de Dieu" est une priorité de l'Enseignement Catholique qui bientôt ne pourra plus être proposée dans nos territoires ruraux.

    Sommes-nous prêts à cautionner ces choix ?

    Si vous souhaitez nous apporter votre soutien, vous pouvez obtenir des renseignements à l'école.

    « Activités pédagogiques complémentaires (APC) : la relaxationCompte-rendu de la réunion APEL du 14- 11- 2013 »

  • Commentaires

    1
    Julhe Véronique
    Samedi 16 Août 2014 à 16:27
    J'espère pouvoir vous rejoindre samedi… Vous savez pouvoir compter sur notre soutien, et nos interventions auprès de la DDEC, et du CAEC (comité académique de l'Enseignement Catholique), dans tout ce qu'un syndicat SNEC-CFTC peut faire dans le département qui est le notre !
    A samedi !
    2
    groffal jean françoi
    Samedi 16 Août 2014 à 16:27
    Retraité depuis 2005, enseignant au collège Ste Flore de Maurs de 1969 à 2008. En tant que responsable du SNEC-CFTC, j'ai eu à connaître beaucoup de fermetures d'écoles et de collèges; j'ai toujours défendu la liberté scolaire, j'ai soutenu les actions des parents et des personnels, mais j'ai souvent eu le sentiment que les responsables de l'Enseignement catholique étaient plutôt du côté des autorités académiques et acceptaient assez facilement les fermetures ; une année, avec les parents et le SNEC, nous avons fait plier l'Académie qui voulait supprimer l'une des deux classes de l'école St Illide et avons permis ainsi à l'école de tenir quelques années de plus. Je partage votre désarroi et vous apporte mon soutien qui ne peut être que moral.Quand l'Enseignement catholique n'existera plus dans nos cantons ruraux,il disparaîtra aussi sur l'ensemble du département et les "laïcards" se frotteront les mains. Bon courage, battez-vous jusq'au bout!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :